Vous devez avoir Adobe Flash Player pour lire les images.

Cliquez ici pour télécharger Adobe Flash Player.

Quand le sculpteur et le compositeur se confondent

À la lecture des mémoires de Cellini et de celles de Berlioz, nous avons compris à quel point ces deux artistes aux tempéraments similaires ont consacré leurs vies à la création de leur « Grand oeuvre » : pour Cellini, la statue de Persée, pour Berlioz son premier opéra : Benvenuto Cellini .

Toux deux étaient en quête de renommée malgré les portes qui se fermaient sur leurs chemins. Les difficultés financières, les coups bas, les affres de la création comme ses excès d’enthousiasme, n’ont jamais remis en question leur but ultime : CREER.

Nous avons pris le parti de superposer ces deux vies passionnantes et de mettre en parallèle les créations du sculpteur et du compositeur.
Dans un environnement aux couleurs de l’or des ciseleurs et des cuivres de l’orchestre miroitent les personnages. L’ombre du Persée est omniprésente comme une fenêtre ouverte sur l’imaginaire du compositeur. S’agit il de la statue de Cellini ou du spectre de la musique de Berlioz ? Sommes nous à la renaissance ou à l’époque romantique de la création de l’opéra ? Peut être sommes nous aujourd’hui où nous rencontrons comme toujours ces combats incessants qu’engendre le processus de création.